logo image
Musique Populaire en Atmosphère Ibérique

Inspirations Populaires

green-light-leave-squareLe répertoire puise ses sources initialement dans les musiques ibériques de Garcia Lorca écrites pour voix et guitare, les romances séfarades et araméennes, ainsi que des tournes indigènes et traditionnelles du Mexique.

Les formes de ce répertoires sont nombreuses et variées puisqu’elles nous donnent à entendre tantôt des asturiennes, tantôt des comptines ou berceuses, tantôt des chansons andalouses, des romances et enfin des coplas ou joutes de villages andalous colportés.

Toutes ces pièces chantées exprimant une ruralité populaire et universelle qui résonne dans la mémoire et le vécu de chacun d’entre nous.

Péninsule réinvestit ce répertoire de façon contemporaine sans en dénaturer le matériau populaire initial.

Au départ, un important choix de sources dans lequel Péninsule s’attache à explorer le matériau populaire initial pour créer un nouvel objet sonore, vivant et contemporain :

MANUEL de FALLA, compositeur pour son recueil de “Siete canciones populare”. Il a utilisé la musique populaire espagnole en élaborant une nouvelle écriture sonore, enrichie de couleurs harmoniques, de gammes arabo-andalouses, de langage rythmique Debussien, sans dénaturer le matériau populaire initial.

FREDERICO GARCIA LORCA, auteur, compositeur, pour son recueil de “Canciones Antiguas” suivi du recueil de poésie vol. 3. “Romancero Gitano, Cante Jondo”.

ROMANCES SEFARADES :
chansons de mariage, de femmes et de famille. Musicalement, la romance séfarade est une monodie, ce qui laisse de nombreuses portes ouvertes aux arrangements. Elle fonctionne souvent sur deux thèmes avec un apport orientalisant et une proximité, pour certaines, avec la musique médiévale.

RACINES IBERIQUES :
une esthétique populaire singulière, présente dans les musiques araméennes et séfarades, et qui s’appuie sur des formes telles que :

      • Le Cante Jondo (ou chant profond), “le chant comme l’expression de l’esprit des peuples” exprime la mémoire collective et puise ses origines dans les harmonies venues d’Inde par la migration des Gitans.
      • Le Duende, Par “Duende”, on entend : état d’extase douloureuse, “démon”, induisant un chant profond que l’on retrouve dans les musiques du Sud de l’Andalousie et qui permet la transformation et l’élévation de l’âme par l’acte même de chanter.

Comments are closed.